Reiki, danger ?

5/5 - (2 votes)

Quand on est bien engagé dans une voie, il peut être compliqué d’accepter l’idée qu’on s’est peut-être trompé. On occulte les signes, ou acceptant de les reconnaitre, on peut les minimiser. On se trouve de très bonnes explications. Pour peu que l’on ne soit pas seul dans l’erreur, on n’a pas besoin de faire preuve de beaucoup de créativité pour protéger notre position. Les faits et leur interprétation la plus évidente deviennent accusations, opposition, obstacles à surmonter. Nous voilà pris dans une guerre de tranchée, nous et nos frères d’armes en lutte d’un côté et de l’autre, les gens peu éclairés et leurs vindictes.

Soumission et impuissance

Le jour de l’achat de mon premier livre sur le Reiki, il y avait dans mon panier d’autres ouvrages portant sur autant de méthodes thérapeutiques. Dans un de ceux ci, dédié au magnétisme, il était proposé des exercices pour voir et sentir ce champ mystérieux émanant de nos mains, exercices qui avaient donné des résultats plutôt encourageants. La démarche était basée sur le ressentit et l’expérimentation.

Dans l’ouvrage consacré au Reiki, il n’était pas question de se hasarder à quoi que ce soit, il n’y avait aucun risque, aucune responsabilité, il fallait attendre. Economiser et attendre que le maitre ouvre un canal et puis que tout se fasse tout seul. Pas question de se fatiguer en utilisant sa propre énergie, de faire des bétises en s’attardant tromp longuement à un endroit ou de se voir contaminer par les énergies du clients, l’énergie utilisée était universelle, illimitée, auto régulée et incluant des protections intrinsèques. Tout ce qu’il fallait faire c’était payer un peu moins d’un millier de francs et recevoir le pouvoir de la part d’un maitre. Là où le magnétisme s’annonçait laborieux, incertain le Reiki s’annonçait magique.

Trop beau pour être vrai ? Avec le recul c’est facile à dire, mais à l’époque je me disais que j’allais être pris en charge par un Maitre, un type plus sage que la moyenne, un type connecté, j’allais m’insérer dans une tradition, avoir une place et avancer naturellement stage après stage.

Le Reiki venant à priori du Japon est coupé des traditions magnétiques de nos campagnes, c’est un truc à part et le maitre avait toutes les clés… mais en fait aucune. Le mien en tous les cas. Pas spécialement clairvoyant il était encore l’élève de son propre maitre, et en dehors de quelques anecdotes il n’amenait aucune réponse personnelle, aucune explication technique. Ce côté mystérieux qui me fait rouler les yeux maintenant, au sortir de l’adolescence, je le trouvais plutôt attirant. Le maitre savait et peut être qu’en dépassant mon mental analytique et superficiel j’allais comprendre avec le cœur. Oui, au-delà des mots brillait au loin une vérité supérieure.

Question ressentis ça a été long à venir, bien plus long que prévu, surtout quand je vois la vitesse avec laquelle ça venait avec les exercices du livre de magnétisme. Mais j’avais confiance, ça faisait partie du processus, de toute façon ça marchait, ça marchait nécessairement, que je le sente ou pas ça marchait, c’est la garantie Reiki, non ?

Tout ce que je devais faire c’était m’effacer, arriver à juguler le flot de mes pensées et laisser l’énergie universelle faire ce qu’elle avait à faire. Que la personne sente ou pas les effets, peu importe, le travail se fait. Si moi je pouvais être long à la détente et au ressenti il fallait bien que j’accepte que les gens ne se rendent pas compte du bien que je leur faisais de toute évidence.

Arrivé au grade de maitre, au sommet de la montagne j’ai pu me rendre compte que la vacuité était la même à tous les niveaux. Il n’y avait pas de savoir supérieur, de révélation qui change tout. Mais il était trop tard pour reculer et pour dire, finalement je crois que j’aurais dû faire une vraie formation avec de la théorie solide et des exercices aux effets mesurables.

Entre foi aveugle et doute

Entre mon premier livre sur le Reiki et les révélations qui m’ont amené à un changement radical dans ma pratique il s’est écoulé presqu’un quart de siècle. Pendant tout ce temps, a aucun moment je me suis douté que mes soins pouvaient être contre-productifs.

Inefficaces, ça par contre c’est un autre sujet.

Je me questionnais régulièrement quant à mes résultats très inégaux. Et puis, invariablement, je me rassurais en pensant à toutes ces personnes qui étaient sorties des soins un peu groggy mais le sourire aux lèvres, à leurs sensation, mais surtout à tout ce que j’avais pu entendre et lire sur l’efficacité présumée du Reiki.

Devant l’efficacité très aléatoire des soins que je prodiguais suite à l’obtention du premier degré, j’ai remisé de côté le Reiki et j’ai redirigé mes énergies vers la rechercher d’autres approches pour soigner plus et mieux. Et puis frustré par cet échec, j’ai doublé ma mise et je me suis fait initier au degré suivant. Avec des concepts ébouriffants comme le traitement au-delà de l’espace et du temps, ça faisait rêver. Les promesses étaient merveilleuses mais l’efficacité elle finalement tout autant aléatoire.

L’hibernation qui suivi fut plus longue, mais je n’avais pas dit mon dernier mot.

Presque dix ans après mon premier degré j’en ai passé un dernier, celui de maitre. Et à partir de là, j’ai commencé à embarquer des gens dans mon sillage, à en « initier ». Pour ma défense, c’était gratuit, et je n’ai jamais promis le moindre miracle.

De là j’ai passé une décennie à entretenir une relation ambivalente avec le Reiki. J’avais une affection certaine pour cette méthode qui avait signé mes premiers pas sur la voie thérapeutique, mais elle restait généralement au fond de ma boite à outil, éclipsée par toutes les autres approches apprises en chemin. J’aimais bien l’idée de « guérir » en imposant mes mains, mais il me fallait absolument un truc un peu plus puissant et surtout plus fiable avant que je mette ça en avant dans mon offre. J’ai cru reconnaitre dans le Vortex Healing la réponse à mes prières. Mais encore une fois, beaucoup de promesses, pour à peine plus de résultats… jusqu’au jour où je me suis demandé ce qui se cachait derrière les « initiations » que j’avais reçu.

Maitre déchu, élève déçu… la vérité coute que coute

Ça faisait quelques mois que j’avais un léger pressentiment, mais aucune preuve tangible. En m’ouvrant à la possibilité qu’il y ait quelque chose de louche, mon pendule a commencé à m’orienter dans une direction originale. Lui qui n’avait encore jamais manifesté la moindre réticence à l’emploi du Vortex Healing l’a qualifié d’énergie partiellement mortifère. Et à le croire, l’initiation avait constitué à implanter des morceaux d’âmes en moi.

J’ai laissé tomber immédiatement cette pratique pour revenir exclusivement à ma variation personnelle du Reiki (sans symboles, juste avec ma pure intention).

Quand j’ai commencé à utiliser l’hypnose ésotérique méthode Grifasi, j’ai profité d’entrainements avec mes partenaires pour leur poser des questions sur le sujet alors que leur transe leur avait permis de connecter avec des plans subtils.

Lors de la première recherche, j’ai obtenu que le Vortex Healing siphonnait les patients aux profits d’entités placées sur un autre plan. Le sentiment de bien être à l’issue de la séance n’était dû qu’à une sorte d’anesthésiant injecté par les entités à l’issue de la séance. A titre de comparaison, on a étudié la manière dont je pratiquais le Reiki, mais là il n’y avait rien à redire, c’était une énergie venant du cœur, une énergie galvanisante. J’étais rassuré, adieu Vortex Healing, retour à la base. Le Reiki qui est remboursé par certaines complémentaires santés, qui a pignon sur rue, qui est adoubé par tant de grands noms des milieux spirituels du new age comme des versants plus complotistes (comme Laura Knight l’auteure de « la vague », une série de livre recommandée par Aurore Chevalier), non le Reiki avec lequel j’avais bossé pendant plus de vingt ans ne pouvait être négatif.

Me contenter de ne plus utiliser le Vortex Healing ne réglait toutefois pas les morceaux d’âmes injectées. Pour régler ce problème j’ai utilisé une variation de l’approche de base Grifasi. J’ai court-circuité l’initiation dans le passé, en me plaçant avant celle ci et en annulant cette décision regrettable.

Plus tard, après une discussion à cœur ouvert avec une collègue, elle m’a demandé si je ne voyais pas de corrélation entre le Reiki et certains problèmes qui avaient englué ma vie durant les deux dernières décennies. Légèrement vexé par une telle association j’ai tout de même promis que je me pencherai sur la question. J’ai fait une recherche solo, sans télépathe, au pendule et à l’intuition et j’ai été estomaqué par l’information captée.

J’étais interféré bien avant de rencontrer mon premier maitre Reiki. Celui-ci en procédant à ma première initiation, autrement dit en ouvrant ce canal me permettant d’utiliser l’énergie universelle avait permis à mes entités de gagner en emprise sur moi. Mon maitre avait lui aussi une interférence et si ses entités ne m’avaient visiblement pas affecté il n’en a pas été de même pour les gens à qui j’avais fait des soins et ceux que j’avais initiés. L’essentiel de ce beau monde avait été interféré d’une manière ou d’une autre par les entités de mon maitre..

On dit souvent que l’enfer est pavé de bonnes intentions… mais là j’étais sur les fesses.

J’ai appliqué à mes initiations de Reiki ce que j’ai fait à mon initiation de Vortex Healing. En coupant le mal à la source toutes les personnes que j’avais impacté ont été libérées dans la foulée. Oui je sais, je sais, c’est dur à croire, et la logique qui permet de réécrire si ce n’est à un niveau physique, au moins à un niveau spirituel et énergétique l’histoire me dépasse un peu. En tout cas, mon pendule validait. Ça n’était pas une preuve définitive mais c’est tout ce que j’avais à l’époque.

Une chose est sûre j’ai enlevé le Reiki de la proposition d’offre de soins de mon site.

Les limites de la « vérité »

Par la suite, devant l’énormité de l’information captée j’ai voulu la corroborer par des sources extérieures.

J’ai trouvé sur Youtube plusieurs vidéos tournées par des élèves de la méthode Grifasi. Leurs investigations ésotériques sur le Reiki à défaut de coller parfaitement à ma captation vont dans le même sens. Leurs contenus n’étaient pas identiques et il existait des disparités notables dans les phénomènes observés mais la conclusion était la même : le reiki pouvait être une source de parasitage.

Lors d’un entrainement à l’hypnose régressive ésotérique j’ai eu envie de faire un nouvel état des lieux. J’ai amené la télépathe à explorer mes deux techniques énergétiques et les conséquences des annulations de mes initiations. Sa perception du Vortex Healing était largement pire que celle capté par sa prédécesseure. Oui, ses visions au niveau astral étaient proches du sacrifice humain. Elle a confirmé que je n’étais plus initié ni à l’une ni à l’autre. Par contre, dans sa vision générale du Reiki, elle ne voyait pas de transmission de l’interférence aux clients, généralement le soin se soldait juste une ponction énergétique et un anesthésique à vertu souvent addictive.

Le problème avec tous les travaux sous hypnose c’est qu’ils amplifient les distorsions liées aux attentes et au croyances de la personne faisant l’exercice. Quand on est en transe et qu’on se connecte à une situation, on ne voit pas tous les aspects de manière simultanée. La vision est lisible mais incomplète. Une bonne partie des informations sont escamotées pour laisser place à ce qui est prioritaire (selon des critères un peu opaques). Ma première enquête n’avait rien trouvé à redire sur ma pratique du Reiki, mais ne posant pas certaines questions ont été resté à la surface. Le problème c’est qu’en posant certaines questions et en s’attendant à quelque chose de pas très joli celui ci a bien des chance d’être trouvé. .

Personnellement j’ai revérifié mes résultats, en essayant d’être aussi neutre que possible, et pour l’instant je n’ai que des confirmations. Autrement dit après l’enrichissement des mes connaissances mon ressenti sur le Reiki est passé du plutôt positif à du très négatif. (Si pour moi mon référentiel a été élargi, d’autres peuvent se dire qu’en définitive il a été corrompu).

Est ce dû à une opposition tranchée entre les énergies de l’égrégore Grifasi et celle du Reiki ?

En restant dans les milieux médiumniques / clairvoyants etc on trouve beaucoup d’avis très négatifs sur le Reiki qui confirment mes impressions. Par exemple Jacques Largeaud le créateur de la méthode très intéressante appelée Curothérapie a proposé la vidéo suivante sur la question :     

La notion de contamination se voit ici renforcée. Pour M. Largeaud, l’utilisation de symbole connecte à des égrégores vraiment dégueu, et les praticiens sont vampirisés par des parasites éthériques qui pondent et se reproduisent dans toutes les personnes qui reçoivent des soins.

Est-ce que j’ai la moindre garantie de toutes ces affirmations ? Non, pas vraiment. Mais ça fait suffisamment d’éléments pour que je me désolidarise de cette pratique qui a été la mienne pendant presque vingt-cinq ans. C’est suffisant pour que j’annule mes initiations et c’est suffisant pour que je me sente obligé d’écrire cet article et reconnaisse ce que je juge maintenant être des erreurs.

Vous de votre côté, il est important que vous vous écoutiez, ne faites pas l’erreur comme moi de vous en remettre à des autorités extérieures, à des gens qui disent mieux savoir que vous. Ecoutez ce que vous dit votre intuition, faites vos recherches et trouvez VOTRE vérité …. à l’instant « t ».

Et si vous ne vous faites pas encore confiance… développer votre intuition devrait être une de vos priorité. Lisez des théories mais gardez les à bout de bras. L’important est de vous trouver une méthodologie (méditations, cartes, rêve éveillés, radiesthésie, hypnose, …) puis de partager vos trouvailles, de les confronter avec celles des autres et avec la réalité. Vous allez vous tromper, enflammé par vos révélations vous allez les proclamer et vous retrouver à dire des trucs embarrassants. Certes, mais une fois la vexation digérée ajustez le tir, continuez de tester. Une fois votre nouvelle foi de l’instant « t » trouvée regardez au loin et poursuivez votre expansion. Entourez vous de gens qui cherchent, pas de gens qui savent. Ces derniers, n’auront de cesse de vous convertir à la foi pour leur Dieu fossilisé.

Comments

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *